• PuffinBooks -32 pages - 5,61€ Eve Sutton & Lynley Dodd : My cat likes to hide in boxes

    Cats from many different countries may like to do all kinds of strange and exotic things, but my cat, an ordinary round-the-house cat, likes to hide in boxes !

    Children will love joining in with this fun rhyming story that is just right for begginer readers.

    Mon avis :

    J'ai commandé ce petit album anglais pour ma séquence sur les prépositions en anglais (in, on, behind...). Je cherchais un album non didactisé pour ce faire et évidemment quand j'ai trouvé mon objectif de séquence couplé avec une histoire de chat j'ai adoré ! Ne nous mentons pas, l'adoratrice des chats qui sommeille en moi, est ravie de travailler sur cet album !

    Il n'y a pas vraiment d'histoire, c'est surtout une succession de petits tableaux présentant des chats de différents pays faisant des choses amusantes et surtout rimant avec le pays du chat. Par exemple : The cat from France liked to sing and dance. Les petites phrases sont reprises à chaque fois et cette répétition permet aux élèves de retenir le vocabulaire plus facilement en plus d'ajouter un petit côté ludique dû aux rimes et à la sensation de lire une petite chanson.

    Les illustrations sont simples mais craquantes ! Tous ces petits chats ont des bouilles trop adorables ! Je fais une petite mention spéciale au chat du Japon vêtu d'un kimono bleu fort seyant !

    Pour ma séquence je vais donc préparer des flashcards de chats que nous pourrons positionner dans différents endroits par rapport à une boite (dedans, dehors, à gauche, à droite...). Mes élèves adorent quand nous utilisons les flashcards et je mets un point d'honneur à ce qu'elles soient jolies pour leur donner envie de les manipuler et d'apprendre les notions qu'elles apportent ! Jusqu'ici, le tout fonctionne très bien et tous sont motivés dans l'apprentissage de l'anglais !

    En bref, c'est un album bien connu des professeurs des écoles et je comprends bien pourquoi : il a de multiples utilisations possibles (mon objectif mais aussi l'origine avec "from", like/dislike...) et puis, qui ne craquerait pas sur des chats ? :P


    1 commentaire
  • Pocket jeunesse - 381 pages - 7,80€Marie Pavlenko : Le livre de Saskia T1 - Le Réveil

    A 18 ans, Saskia entre en terminale et mène une vie des plus ordinaires... jusqu'au jour où deux étranges individus surgissent et bouleversent son quotidien.

    Que lui veut Tod, mystérieux garçon qui la suit comme son ombre et ne se sépare jamais de son coutelas ? Et Mara, jeune fille froide et distante, qui parle une langue inconnue ?

    Peu à peu, Saskia plonge au coeur d'un monde peuplé de créatures, de magie, et de prophéties troublantes. Qui est-elle vraiment ? Que signifie cette pierre qu'elle porte depuis toujours au poignet ? Saskia va bientôt découvrir son destin : celui d'une jeune fille qui n'a rien d'ordinaire.

    Mon avis :

    J'ai acheté ce livre lors du SDL jeunesse de Montreuil en 2013. Et oui, ce pauvre livre a attendu sagement 4 ans pour que le sorte de ma PAL et quelle découverte ! Dès les premières pages je suis entrée dans un monde enchanteur qui m'a littéralement happé tant et si bien que malgré ma panne de lecture datant déjà de presque 2 ans (je ne lisais plus hors les livres pédagogiques pour mon métier et des albums jeunesses) je l'ai lu en 2 jours !

    Saskia est en apparence une jeune fille tout à fait normale : elle va au lycée et va passer son BAC à la fin de l'année, elle a un chien et vit dans une jolie maison avec ma mère adoptive. Oui mais depuis que sa mère adoptive l'a trouvé en Inde, elle a une mystérieuse pierre autour du poignet qui ne la quitte pas. Après son 18ème anniversaire, Tod entre dans sa vie. Mystérieux, ténébreux il ne la quitte pas et la défend farouchement mais pourquoi ? Qui est vraiment Saskia ?

    Pour mon plus grand plaisir, le monde crée par Marie Pavlenko est absolument original et génial ! Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un livre qui m'a happée de la sorte ! Les créatures magiques, présentes dans ce roman, sont rarement utilisées - ou du moins, je n'ai pas lu beaucoup de romans avec elles à l'intérieur - ce qui crée un monde rafraichissant, où on prend plaisir à découvrir les choses et non pas une énième histoire de zombies ou de vampires où l'on connait de manière assez prévisible le pourquoi du comment. Ici, une mythologie complète sert l'histoire, on aime découvrir le tout, chercher des indices pour tenter de devancer le narrateur... J'avouerai cependant que certains éléments étaient prévisibles pour moi dès le départ mais ça n'a en aucun cas gâché mon plaisir !

    Outre l'histoire, j'ai absolument adoré le style de Marie Pavlenko qui distille les indices et les points mythologiques de manière parfaite : pile au moment où les questions deviennent présentes ! Je dois dire que cette auteure a un talent indéniable pour créer un monde et des personnages presque palpables ! On a l'impression d'être dans le roman, de suivre leurs aventures en même temps qu'eux, d'avoir peur, d'être pressé à certains moments où la tension devient insupportable et je me suis surprise plusieurs fois à sauter quelques pages pour me spoiler tant j'étais pressée de découvrir les choses ! Quel plaisir mais quel plaisir !

    Les personnages sont géniaux ! J'ai adoré suivre chacun d'eux, découvrir leurs caractéristiques. Mention spéciale pour Tod évidemment, qui ne craquerait pas haha ? Saskia réagit de façon normale, elle n'est pas crédule et ne croit pas les choses du premier coup : elle attend les preuves et c'est plaisant. Marre des héroïnes naïves qui gobent tout sans question !

    Ce premier tome n'est pas bourré d'actions car il pose les bases de ce monde complexe et complet mais je ne me suis en aucun cas ennuyée. Pour un roman de littérature jeunesse/ado, je le trouve particulièrement complet et je suis certaine que beaucoup d'adolescents ont découvert et découvriront le goût de la lecture grâce à cette série fantastique !


    votre commentaire
  • Muka : Ouvre-MoiAlice Jeunesse - 44 pages - 12,90€

    Il faisait froid cet hiver-là. Très froid.

    J'habitais près de la forêt, dans une petite maison en bois qui me protégeait parfaitement.

    Un jour, quelqu'un a frappé à ma porte ... ou plutôt à ma fenêtre. C'était un ours...

    Mon avis :

    Entamant ma séquence autour du thème de l'hiver, lors d'un passage en librairie jeunesse, je suis tombée sur cet album qui m'a fait littéralement fondre !

    Par une journée d'hiver, un ours vient demander asile à un enfant parce que sa maison a été détruite par une avalanche. Le petit garçon, après quelques secondes de réflexion (on ne laisse pas un ours entrer chez soi sans y réfléchir un peu), il lui offre l'hospitalité. Cependant, la cohabitation ne sera pas si facile et le petit garçon se rendra compte qu'il faut se laisser du temps pour découvrir un nouvel ami.

    Cette histoire, absolument adorable, est un véritable coup de cœur ! Elle est très simple et pourtant elle vous enchante le cœur grâce à sa morale : il faut savoir ouvrir sa porte mais aussi et surtout son cœur pour découvrir une grande richesse malgré les différences et les maladresses : l'amitié.

    Attention cependant, dans l'album un événement tragique (cependant sans grande gravité, aucun décès) arrive et cela peut heurter la sensibilité des plus jeunes. Cet événement sert totalement à la trame de l'histoire et apporte la touche de gravité nécessaire à la morale de l'histoire. De plus, il y a de nombreuses touches d'humour qui parsèment l'histoire donc pas d'histoire triste en cette période d'ambiance chaleureuse où on prône le cocooning.

    Les illustrations de Muka sont douces, dans des tonalités froides pour coller avec le thème. Les expressions corporelles des deux personnages principaux peuvent paraitre un peu trop figées mais on s'y habitue et j'avoue avoir totalement craqué sur la bouille de l'ours.

    Un album à découvrir de toute urgence pour découvrir un auteur de grand talent et une histoire très touchante ! Mes élèves ont adoré et se sont très vite pris d'affection pour l'ours.


    votre commentaire
  • Catherynn M. Valente : La fille qui navigua autour de Féérie dans un bateau construit de ses propres mains Editions Balivernes - 256 pages - 17€

    Septembre est une jeune fille qui aspire à l’aventure. Quand elle est invitée en Féérie par le Vent Vert et le Léopard des Petites Brises, bien sûr, elle accepte. Qui ne le ferait pas à douze ans ? Mais Féérie est dans la tourmente, sous le règne écrasant d’une Marquise maléfique.

    Cheminant en compagnie d’un vouivre amoureux des livres et d’un étrange garçon bleu, presque humain nommé Samedi, elle perdra : son ombre, sa chaussure, son cœur et bien sûr son chemin. Mais dans l’aventure, elle trouvera le courage, l’amitié, une cuillère un peu spéciale et bien plus encore. Elle seule détient la clef qui rétablira l’ordre et le bonheur en Féérie…

    Mon avis :

    Cet avis attend d'être publié depuis tellement, tellement de temps que cela en est indécent d'autant plus que ce livre mérite son petit avis par ici ! En effet, cette lecture m'a déroutée mais enchantée en même temps, suivez le guide !

    Septembre est une jeune fille solitaire qui s'est créée un monde imaginaire dans lequel elle s'amuse, s'épanouit et oublie l'absence de ses parents - son père est parti à la guerre et sa mère travaille à l’usine. Suivant ses nouveaux amis, Septembre va vivre de nombreuses aventures toutes plus loufoques les unes que les autres !

    A mon entrée dans l'histoire, j'ai été très vite déroutée par celle-ci. En effet, Septembre a une imagination débordante, très très loufoque et il faut un léger temps d'adaptation pour parvenir à rentrer dans l'histoire mais une fois cette adaptation effectuée, on s'amuse d'autant plus de toute cette imagination qui nous transporte dans un monde magique peuplé d'êtres étranges bons et mauvais. Le monde de Féérie est un monde complet, peut être parfois trop car il m'est arrivé de me perdre parfois durant l'apport des détails.

    Je prends ce livre comme un roman initiatique. En effet, notre héroïne Septembre va vivre des aventures qui vont la pousser à faire des sacrifices, à toujours aller de l'avant et cela lui permet de grandir petit à petit. Pour le jeune lecture - et le moins jeune par ailleurs car une piqure de rappel est toujours bonne, c'est un message bénéfique : malgré les sacrifices et l'adversité on continue à avancer et ce sont même ces éléments qui nous permettent de devenir qui l'ont est vraiment. C'est pour cela que je me suis rapidement attachée à Septembre, elle est courageuse, espiègle et sait faire des choix compliqués même si ceux-ci sont par définition dur à prendre. C'est une jeune fille forte qui a des valeurs.

    Ses amis et camarades de route sont fort touchants aussi. Toute cette petite troupe ne fait que nous donner envie d'avancer dans l'histoire, de se laisser porter et de surtout laisser vagabonder notre imagination avec délice.

    Petit bémol cependant : le style de l'auteur. J'ai mis un sacré bout de pages à m'y faire. Ni trop simple ni compliqué pour autant j'avais du mal à me laisser porter par cette écriture et donc - comme énoncé au départ - à entrer dans l'histoire. J'ai fort heureusement persévéré ce qui m'a permis de me glisser dans cette lecture détente.


    votre commentaire
  • Gallimard Jeunesse - 92 pages - 8,50€3 histoires pour avoir peur

    La véritable histoire des trois petits cochons d'Erik Blegvad

    Les Bizardos de Janet et Allan Ahlberg

    Une histoire sombre, très sombre de Ruth Brown

    Mon avis :

    La véritable histoire des trois petits cochons d'Erik Blegvad

    Nous connaissons tous l'histoire des trois petits cochons et de leurs maisons soufflées par le loup. Ici Erik Blegvad reprend cette histoire et la change en histoire machiavélique où le loup se fait avoir d'une manière bien... horrifique et surprenante !

    J'adore quand les auteurs s'amusent à changer les histoires de notre enfance en des histoires un peu plus farfelues, drôles, horrifiques, tristes... Je trouve que cela fait revivre ces histoires et leur rajoute un petit quelque chose plaisant ! Dans cette version, le lecteur ne peut pas du tout s'imaginer la fin avant d'y arriver et on la découvre avec horreur puis sourire car totalement improbable !

    Sachez avant de lire ce livre à vos enfants, élèves, frères et sœurs et j'en passe, que l'histoire n'est absolument pas édulcorée ! Quand le loup souffle les maisons, on le voit cuisiner le petit cochon attrapé ! Étant adulte cela m'a clairement amusé mais un enfant trop jeune pourrait se mettre à pleurer ou avoir trop peur car, oui, même si ce sont des histoires pour avoir peur, il ne faut pas exagérer ! La peur dans ce petit recueil doit être une peur grandissante qui se termine par le rire de l'enfant et donc la dédramatisation de celle-ci !3 histoires pour avoir peur

    Les illustrations d'Erik Blegvag ont un petit côté vieillot plaisant, elles collent bien à l'histoire du conte et permettent de nous mettre dans l'ambiance. Pour les lecteurs plus jeunes, elles servent à expliciter le texte et à rajouter des éléments pour aider l'imagination à se mettre en marche.

    Les Bizardos de Janet et Allan Ahlberg

    3 histoires pour avoir peurJe ne connaissais pas du tout les Bizardos avant d'acheter ce recueil d'histoire et quel dommage ! Ces petits squelettes espiègles, farceurs et tous mignons sont à découvrir de toute urgence !

    Grand squelette, Petit squelette et squelette-chien vivent dans une sombre ville et un soir, ils décident de tous aller se promener et  de faire peur à quelques passants. Malheureusement pour eux, tout ne se passera pas comme prévu !

    Cette petite histoire, pas du tout sombre avec toute la couleur que l'on y trouve au sein de ses illustrations, est absolument adorable et facile d'accès même pour les plus jeunes (à partir de 4-5 ans avec un adulte à mon sens). En effet, le seul élément "horrifique" sont les squelettes et encore car ils sont dédramatisés par leurs grands sourires et l'aplat de couleur des illustrations ! Ils sont plus drôles qu'effrayants ! Alors n'hésitez pas à faire découvrir cette histoire aux enfants de votre entourage !

    Une histoire sombre, très sombre de Ruth Brown

    Nous arrivons enfin à mon histoire préférée du recueil ! Encore une fois avant l'achat du livre, je ne la connaissais pas du tout et quel dommage bis ! Le décor planté par le texte et les illustrations est divin ! En effet, le texte, court et percutant, nous plonge dans une ambiance horrifique et quand on tourne les pages nous ne savons pas sur quoi nous allons tombés, on reste sur le qui-vive jusqu'à la fin où... mystère !

    3 histoires pour avoir peur

    Je ne vous raconterai pas la fin ni l'histoire car il faut absolument la découvrir par vous-même mais quel talent ! Pour dédramatiser la peur, c'est l'histoire absolument parfaite ! Les illustrations sombres, dans les tons froids de gris, marron grisâtre, avec pleins de petits détails horrifiques comme le chat noir, les toiles d'araignées, le château abandonné ... nous mettent dans une ambiance divinement enveloppante ! Nous sommes entre nous et je vous avoue tout : je me suis retrouvée prise au jeu et au moment de tourner la dernière page je retenais mon souffle prête à voir ce qui s'y cachait comme une enfant ! Quel plaisir !

    Si vous ne deviez lire qu'une histoire de ce recueil c'est celle-ci ! Laissez lui une chance !

    La conclusion pour la totalité de ce recueil est qu'il est très bien fourni en diverses histoires pour tous, pour s'amuser à avoir peur avant le grand jour d'Halloween ! Alors si vous cherchez un livre pour fêter le 31 octobre avec un enfant de votre entourage, n'hésitez pas celui-ci est super !

    Recueil - 3 histoires pour avoir peur

    7/40 livres lus


    votre commentaire
  • Sandrine Beau & Marie Desbons : Le petit chaperon qui n'était pas rougeMilan - 30 pages - 9,90€

    Il était une fois une petite fille qui vivait au bord d'une forêt, dans le nord de la Russie. Sa grand-mère, qui tricotait, lui avait fait un long manteau bleu, de petits gants bleus, et lui avait cousu une chaude chapka bleue. Si bien que tout le monde l'appelait "Le Petit Chaperon bleu".

    Mon avis :

    Nous connaissons tous Le petit Chaperon Rouge qui a bercé notre enfance et qui est ancré dans notre culture littéraire. Ici, point de Chaperon Rouge mais un Chaperon Bleu ! Cette histoire, qui reprend le schéma du conte bien connu, y ajoute une touche d'originalité et d'humour bienvenus.

    Anouchka est une petite fille espiègle qui aime se promener en forêt. Un jour, sa mère l'envoie apporter un petit pot de miel à sa grand-mère malade. Évidemment, tout ne se passera pas comme prévu et elle n'arrivera pas seule chez sa grand-mère !

    Mon petit résumé vous fait penser au Petit Chaperon Rouge ? C'est voulu ! En effet, l'histoire de base est reprise mais Sandrine Beau s'en éloigne pour rajouter de l'originalité et de l'humour. Je me permets de ne vous raconter aucun rebondissement car ils sont si surprenants qu'il serait dommage que je vous en divulgue n'en serait-ce qu'un seul ! Ce que j'ai absolument adoré c'est la fin ! En effet, il n'y a pas qu'une fin non, non il y en a 4 ! Selon son humeur, son envie, son machiavélisme ou sa gentillesse du moment on peut choisir celle qui nous plait ! Petite mention spéciale pour mon côté professeur : la possibilité de laisser aux élèves d'écrire leur propre fin, allier la littérature, la lecture et l'écriture qui dit mieux ?!

    Sandrine Beau & Marie Desbons : Le petit chaperon qui n'était pas rouge

    J'ai totalement adoré Anouchka qui est une petite fille mignonne, espiègle et débrouillarde. La suivre dans sa petite promenade est un plaisir et on s'amuse de ses légères mésaventures. Les personnages secondaires qu'elle rencontre sont très drôles quoique parfois un peu trop simples à amadouer ce qui représente le petit point noir de l'album. En effet, les personnages secondaires ont peu de consistance, ils sont mignons, joliment dessiner mais il n'y a pas de réel "challenge" avec eux pour le personnage principal même si, certes, c'est un enfant !

    En parlant des illustrations, elles sont très belles, très colorées et vivantes. Un véritable plaisir pour les yeux ! Les tons sont chauds quand les personnages sont à l'intérieur mais ils sont froids à l'extérieur à cause de la neige de la Russie, c'est très réaliste et chaleureux à la fois, à découvrir de toute urgence !

    Sandrine Beau & Marie Desbons : Le petit chaperon qui n'était pas rouge

    6/40 livres lus


    1 commentaire