• Rageot - 311 pages - 11€90Olivier Gay : Le noir est ma couleur T1 - Le pari

    Normalement, Alexandre le bad boy du lycée n'aurait jamais prêté attention à Manon l'intello du premier rang. Pourtant, à la suite d'un pari, il a décidé de la séduire.
    Normalement, Manon n'aurait jamais toléré qu'Alexandre vole à son secours. Pourtant dans l'obscurité d'une ruelle, sa présence s'est révélée décisive.
    Alexandre doit se rendre à l'évidence. Rien n'est normal dans cette histoire.
    Manon acceptera-t-elle qu'il entre par effraction dans son univers ?
    Deux destins liés malgré les apparences...

    Mon avis : 

    J'ai découvert ce livre sur le blog de Regina-Falange qui avait fait un superbe avis sur son blog ! Du coup quand je suis allée au Salon du Livre Jeunesse de Montreuil de 2014 et que je l'ai vu sur le stand de Rageot je l'ai pris sans hésiter et je ne regrette pas du tout tant et si bien que j'ai failli faire une nuit blanche à cause de lui !

    Manon est une jeune lycéenne pas comme les autres, elle cache un lourd secret, un secret qui pourrait lui coûter la vie... Alexandre est le bad boy du lycée, trainant toujours avec sa bande dans des bars... Tous les sépares et pourtant ils sont liés ...

    J'ai totalement adoré cette histoire plus qu'originale ! En effet, ici nous retrouvons de la magie mais pas n'importe quelle magie ! La magie des couleurs ! Je vous l'accorde, dis comme cela, on dirait un dessin animé du style bisounours mais non non non détrompez-vous, ici la magie est complexe, il y a un véritable apprentissage à faire pour ceux qui l'ont dans les gènes ! J'ai adoré la manière d'aborder cette magie, l'explication par la sensation des couleurs : c'est extrêmement bien expliqué et nous ne sommes jamais perdus ! Les évenement s'enchainent sans accrocs et le tout devient très rapidement addictif ! La bataille entre les mages colorés et les mages noirs est passionnante et je suis sure que dans les prochains tomes le tout sera encore plus exploité : j'ai hâte, j'ai hâte ! En outre, la relation chien-chat entre Manon et Alexandre est géniale ! Rien n'est jamais gagné d'avance, ce n'est pas une relation simple du style "coup de foudre au premier coup d'oeil" (style niais que je n'apprécie guère !). Sachez avant d'ouvrir ce livre que l'auteur est un sadique avec ses lecteurs ! La fin m'a fait crié de désespoir et je n'ai qu'une envie : avoir le second tome et vite !

    Comme je le disais plus haut, la relation entre Manon et Alexandre est particulièrement compliquée ce qui produit des situations cocasses très savoureuses pour nous lecteurs ! Manon est le cliché de la bonne élève au premier rang et Alexandre le cliché du bad boy coureur de jupons. Normalement ce genre de clichés me dérange mais là, j'étais tellement  transportée par l'histoire et les personnages que j'ai totalement oublié cet aspect ! Manon est une jeune fille forte et fragile à la fois, il est difficile de ne pas l'apprécier ou de ne pas la comprendre. Alexandre est le bad boy qui charme du premier coup et ça n'a pas manqué sur moi : j'ai eu un véritable coup de coeur sur ce personnage ! On comprend rapidement qu'il n'est pas qu'un méchant garçon, il a une fragilité très touchante ce qui le rend terriblement attachant ! Les personnages secondaires sont bien réalisés, ils s'ancrent bien dans l'histoire avec une véritable personnalité ainsi qu'un passé bien à eux, c'est assez rare que les personnages secondaires soient tant creusés et c'est particulièrement appréciable ! 

    Une chose supplémentaire que j'ai adoré : l'écriture d'Olivier Gay ! Simple et pourtant très vivante, il y a beaucoup de peps dans son écriture ce qui nous ôte l'envie de poser le livre avant la fin ! Déjà que l'histoire est addictive, si on rajoute une bonne écriture vous comprennez facilement pourquoi ce premier tome m'a valu une nuit presque blanche ! 

    En bref, si vous aimez les histoires de magie originales, une écriture vivante et une histoire addictive : ce livre a carrément été fait pour vous ! En tout cas pour moi, c'est un coup de coeur ! Merci Régina-Fallange pour la découverte !


    2 commentaires
  • Editions Frimousse - 40 pages - 16€Michael Escoffier & Romain Guyard : 20 bonnes raisons d'aller à l'école

    Après les 20 bonnes raisons de croire au père noël, Michaël Escoffier et Romain Guyard s’attaquent aux 20 bonnes raisons d’aller à l’école, parce que des fois nos chères têtes blondes ont un peu besoin qu’on leur rappelle que ne pas aller à l’école, c’est prendre pas mal de risques !
    Mélanger les flacons de shampoing avec les sodas, se retrouver dans une bulle emporté par le vent, atterrir sur un bateau de pirates, faire enrager sa mère (qui en devient une maman (rouge) tomate), se retrouver avec des couches et faire la guerre aux limaces…
    Toujours aussi délirants et déjantés, Michaël Escoffier et Romain Guyard n’offrent au final pas d’autres possibilités que d’aller à l’école… pas mal en ces temps de rentrée scolaire.

    Mon avis : 

    Lors d'un petit passage en bibliothèque, je suis tombée sur cet album qui a titillé ma curiosité de future maîtresse d'école. En effet, un livre qui donne envie aux enfants d'aller à l'école, c'est toujours bons à lire !

    Dans cet album, Michael Escoffier s'amuse à imaginer ce qu'il peut arriver si les enfants n'allaient pas à l'école et brouuuh il vaut mieux y aller ! En effet, qui a envie de boire du shampoing à la place du soda parce qu'il ne sait pas lire ou pire aller vivre sur la lune parce que les limaces géantes auraient mangé la Terre ? Personne ! 

    Sincèrement, j'ai adoré cette lecture très intuitive ! Les causes à effets saugrenues que nous offre Michael Escoffier et Romain Guyard sont particulièrement drôles ; mention spéciale à celle du fils de la tomate qui ferait pipi sur ses frites pour avoir du ketchup ! C'est un humour déjanté qui fait son petit effet que ce soit sur les grands ou les petits ! Chapeau pour la grande imagination que possède l'auteur ! Le tout dédramatise le fait d'aller à l'école et montre l'importance de l'apprentissage dans la vie à des enfants qui, dès le plus jeune âge, n'aiment pas l'école parce qu'ils ne comprennent pas son importance ! 

    Michael Escoffier & Romain Guyard : 20 bonnes raisons d'aller à l'école

    Les illustrations de Romain Guyard sont vraiment très belles, très colorées et douces à la fois. J'aime beaucoup le rapport texte-illustrations que l'on peut découvrir ici. En effet, les deux sont en parfaite adéquation et explicitent avec douceur le texte aux lecteurs les plus jeunes et ravissent les yeux des plus âgés ! 

    En conclusion, cet album totalement adorable a réussi à me toucher en plein coeur par l'humour de son texte et la beauté de ses illustrations ! Il va falloir que je me le procure pour ma bibliothèque personnelle car j'espère pouvoir travailler autour en classe, avec mes élèves, un jour ! 


    1 commentaire
  • MijadeVéronique Van den Abeele & Claude-K Dubois : Ma grand-mère a alzhei.. Quoi ? éditions - 28 pages - 11€

    Camille et sa grand-mère c'est la maison qui sent les confitures, l'album de photos, les gâteaux au chocolat et "le gros bisou qui pète". Mais un jour, quelque chose a changé. La mamie de Camille souffre de la maladie d'Alzheimer. Aujourd'hui, les infirmières s'occupent de Mamie et Camille lui apporte du gâteau et ses photos. Même si rien n'est comme avant, il y a toujours le "gros bisou qui pète"

    Mon avis : 

    Encore et toujours dans ma quête sur les livres aux sujets "taboux", j'ai croisé ce petit album à la bibliothèque alors je me suis lancée et ce fut une petite lecture sympathique. 

    De prime abord, je me suis demandée comment le sujet allait être traité. En effet, une maladie est toujours difficile à présenter surtout aux enfants. Alors quand j'ai commencé ma lecture je me suis vraiment intéressé à cela et j'ai été ravie de voir que le tout est traité avec beaucoup de tendresse, de douceur. L'alternance entre la mamie d'avant et la mamie malade n'est pas là pour critiquer mais au contraire pour faire comprendre aux enfants ce que la maladie provoque. L'approche de la maladie n'est pas dramatique, elle est montrée avec justesse ce qui aide à l'appréhender plus facilement pour l'enfant qui peut en avoir peur si il voit quelqu'un de sa famille en être victime. Le retournement de situation dû à la petite fille est adorable, terriblement touchant, on ressent vraiment les affinités entre la mamie et l'enfant. 

    Les illustrations sont très jolies, très tendres avec leurs couleurs pastelles qui rendent le tout un peu rétro. Je trouve que cela colle parfaitement avec le sujet, des couleurs trop vives auraient apportés de la brutalité dans l'image à mon avis. Véronique Van den Abeele & Claude-K Dubois : Ma grand-mère a alzha.. Quoi ?

    En ce qui concerne l'écriture, elle est simple et est le reflet de la tendresse que l'on ressent entre les deux personnages. En outre, il y a suffisamment de texte pour qu'un jeune lecteur puisse se lancer dans la lecture en solo (même s'il devra demander des éclaircissements à ses parents sur le sujet principal.)

    En fin de compte, c'est un très joli album qui permet une approche en douceur de la maladie pour débuter une discussion autour par la suite. 


    1 commentaire
  • Edition Lokomodo - 222 pages - 6€Mathieu Guibé : A un sanglot de moi tu reposes

    A un sanglot de moi, tu reposes vous offre des morceaux de vie, réels ou fantasmés, où les protagonistes sont en quête d’eux-mêmes, des auteurs, mais avant tout à la recherche d’un sens. Une signification sur ce que nous avons, ce que nous perdons, ce que nous ressentons ou bien ce que nous offrons.

    Une ode triste ou joyeuse à la brièveté d’une existence qui pourtant a compté. Pour soi ou pour les autres. Douze histoires aux allures de dernières lettres; une ultime page noircie de mots destinée à notre monde, à nos compagnons, aux disparus ou à ceux qui restent et que l’on ne connaît pas encore, comme vous qui lisez ces lignes.

    Mon avis : 

    J'aime énormement la plume de Mathieu Guibé, à chaque livre de lui que je lis et j'en ressors toujours charmée ! Ce recueil n'aura pas fait exception et certaines nouvelles m'ont touché en plein coeur ! Néanmoins, ce recueil contient des nouvelles que j'avais déjà lu dans Germ-iN-es[sens]ce, du coup je ne vous ferais mon avis que sur les nouvelles inédites. Si vous souhaitez avoir mon avis sur les autres on se retrouve sur l'article de Germ-iN-es[sens]ce

    Dans ce recueil nous avons 5 nouvelles inédites et j'ai eu 3 énormes coups de coeur ! Les nouvelles qui m'ont à ce titre énormement touché sont : Les pigeons crèvent sous les ponts, Le mélodrame du scientifique et Un train pour l'éternité. Mathieu Guibé, avec son écriture à la fois simple et poétique, nous met un véritable uppercut au visage en nous exposant les sentiments humains avec douceur, tendresse et une incroyable justesse ! Il nous offre un miroir à nos propres sentiments.

    Dans Les pigeons crèvent sous les ponts, nous pensons suivre un pigeon, petit volatille bien connu notamment à Paris mais la vérité est toute autre et quand on la comprend on est doublement touché  ! En effet, nous avons affaire à un SDF, personne que nous avons tristement tendance à déshumaniser et ainsi à maltraiter par notre dédain. Dans cette nouvelle, l'auteur nous renvoie notre propre image face à eux et c'est très dur, j'en ai eu les larmes aux yeux ! A lire pour comprendre! 

    Le mélodrame du scientifique est une nouvelle triste. Un scientifique a perdu sa femme, celle qu'il a aimé plus que tout toute sa vie durant et il cherche à la garder près de lui en peignant, activitée favorite de celle-ci. Il tente jour après jour de terminer le dernier tableau que celle-ci avait commencé avant que la mort ne l'emporte mais avec grande difficuté : finir le tableau serait la perdre, entamer le deuil ! En outre, depuis le décès, il ne voit plus les couleurs ... Comme vous pouvez l'imginez j'ai été énormément touché par cette nouvelle ! Mon résumé ne lui rend absolument pas hommage ! Imaginez cette histoire sous la plume de Guibé et là vous commencerez à avoir un petit aperçu ! 

    Terminons par mon plus grand coup de coeur, la nouvelle Un train pour l'éternité ! A la fin de ma lecture, j'étais ému aux larmes, me retenant vraiment de pleurer tant cette histoire est sublime ! Une vieille femme atteinte de la maladie d'Alzheimer vient chaque soir à 19h47 attendre le train de son mari qui rentre du travail sans se souvenir que celui-ci est décédé depuis 15 ans. Je ne vous dirais rien de plus car je tiens absolument à ce que vous la découvriez par vous-même ! Comment ne pas être ému avec cette nouvelle ! 

    Un petit mot rapide pour les nouvelles dont je n'ai pas parlé ici : je me souviendrai toujours de ma lecture de la nouvelle Arc-en-ciel en braille qui est, encore aujourd'hui, un de mes plus beaux souvenirs de lecture ! Comme vous le comprendrez certainement, Mathieu Guibé est un as pour l'écriture des sentiments et vous ne pourrez rester de glace face à ses nouvelles. Essayez au moins une fois, vous y succomberez !


    votre commentaire
  •  Sebastian Fitzek : ThérapieLe livre de poche - 312 pages - 6,50€

    Josy, la fille du psychanalyste Viktor Larenz, souffre d'une maladie inconnue et disparaît mystérieusement. Quatre ans ont passé, Larenz s'est retiré sur une île au nord de l'Allemagne et reçoit la visite d'une romancière qui souffre d'une forme rare de schizophrénie : les personnages qu'elle invente prennent vie et son dernier roman ressemble étrangement à l'histoire de Josy...

    Mon avis : 

    En pleine panne de lecture, désespérée, je me suis mise à la lecture d'un thriller. J'étais sûre que ce roman allait me plaire et je ne me suis absolument pas trompée ! Fitzek est un auteur machiavélique à découvrir de toute urgence ! 

    Sincèrement, je ne peux pas vous faire de résumé personnel, j'aurais beaucoup trop peur de vous spoiler un détail même insignifiant ! En effet, chez Fitzek chaque détail à son importance et les cliffhangers et révélations s'enchainent à un rythme endiablé ! On découvre les choses petits à petits et on reste scotcher à chaque petit indice que l'auteur distille au fur et à mesure. La tension est palpable dès le début de l'histoire et nous n'avons aucun répis ! Quand j'ai découvert le fin mot de l'histoire, je suis restée bouche bée un bon moment ! Il ne faut jamais se fier aux apparences avec cet auteur, je pensais savoir qui avait fait quoi mais je me suis lamentablement trompé pour mon plus grand plaisir ! L'histoire, jusqu'à la révélation finale, reste auréolée de mystère, à certains moments on penserait même qu'il y a quelque chose de magique, de ténébreux qui s'est passé pour expliquer tous les événements mais non, c'est pire ! La cruauté, le machiavélisme humain à l'état pur est simplement à l'action !

    Victor est un personnage ambigüe mais touchant ! On souhaite pour lui qu'il retrouve sa fille qu'il aime tant. On est triste de la dévastation qu'on ressent en lui et tout ce qui lui arrive ne fait que nous donner envie de le soutenir encore et encore. Je ne me permettrais pas de parler des autres personnages en détails, j'aurais trop peur de gaffer ! Ah que c'est dur de chroniquer un excellent thriller ! Sachez en tout cas qu'il ne faut pas tirer de conclusions attives sur eux car à la fin, vous resterez bluffer à tous les coups !

    En ce qui concerne l'écriture de Fitzek, elle reste simple mais extrêmement rythmée ! On ne s'ennuie à aucun instant ! Il sait construire la psycologie de ses personnages à la perfection et on a l'impression qu'ils existent vraiment tant ils sont palpables ! Si vous aimez les excellents thrillers vous ne serez pas déçus ! Foncez !  


    1 commentaire
  • Folio - 61 pages - 6,60€ 

     Schmerk, le méchant petit diable, ne sait plus où donner de la tête. Dans son Cahier des infamies, il consigne les mauvaises actions du nommé Paillard : l'affreux bonhomme accumule les péchés avec un bonheur sans pareil! Et ne vient-il pas de commettre le pire de tous en enfermant sa fille Émilienne dans la cave? Si, par malheur, il venait à s'en repentir? Mais son diable gardien veille ...

    Mon avis : 

    En cherchant des livres sur le thème de la maltraitance dans la littérature de jeunesse, je suis tombé sur ce titre et j'ai tout de suite eu envie de le découvrir ! 

    Schmerk est un petit diable qui adore son métier mais depuis qu'il travaille chez le papa d'Emilienne il s'ennuie ! Non pas que ce vieux bougre ne fasse pas de péchés (il boit et bat sa fille !), mais justement : il en fait trop, il y a trop de paperasse à remplir et puis, même s'il ne veut pas se l'avouer, Schmerk ne supporte pas de voir Emilienne pleurer...

    Cette petite histoire, parfaite pour les premieres lectures en solo, peut paraitre dure de prime abord. En effet, un papa qui tape son enfant, c'est tout sauf un sujet folichon, on le reconnaitra mais la complicité qui va naitre entre Emilienne et Schmerk est terriblement touchante ! Leur amitié naissante, venue on se sait comment, ne peut que nous attendrir surtout quand on voit la fin de l'histoire et le magnifique retournement de situation ! On se laisse embarquer sans soucis dans l'histoire et je suis certaine que les enfants doivent beaucoup l'aimer ! 

    Les personnages - outre le méchant père - sont tous adorables ! J'ai immédiatement adoré Schmerk, on comprend rapidement que ce n'est pas un si vilain diable même s'il rouspète beaucoup. Ce qui lui arrive à la fin est à la fois touchant et drôle ce qui casse un peu la tention dramatique précédente et ça fait du bien ! Emilienne est une petite fille espiègle et touchante, elle ne se laisse pas abattre par les coups et les injures de son père et je pourrais même dire qu'elle est très mature pour son âge puisqu'elle réussit à pardonner ce qui ne doit pas être facile !

    L'écriture correspond bien au public visé puisque simple, percutante et plaisante à lire ! Par ailleurs, le tout est écrit très gros ce qui permet au petit lecteur d'avoir une lecture rapide qui ne le découragera pas. Les illustrations, qui peuplent le livre sont en noir et blanc avec une pointe de rouge, simples mais percutantes,  elles rajoutent un peu plus d'horreur pour faire comprendre toute la tension de la situation.

    En conclusion, un petit roman pour jeune lecteur vraiment très sympathique sur un sujet dur mais traité avec simplicité et humour avec notre petit Schmerk ! A découvrir !  


    votre commentaire