• Gallimard Jeunesse - 92 pages - 8,50€3 histoires pour avoir peur

    La véritable histoire des trois petits cochons d'Erik Blegvad

    Les Bizardos de Janet et Allan Ahlberg

    Une histoire sombre, très sombre de Ruth Brown

    Mon avis :

    La véritable histoire des trois petits cochons d'Erik Blegvad

    Nous connaissons tous l'histoire des trois petits cochons et de leurs maisons soufflées par le loup. Ici Erik Blegvad reprend cette histoire et la change en histoire machiavélique où le loup se fait avoir d'une manière bien... horrifique et surprenante !

    J'adore quand les auteurs s'amusent à changer les histoires de notre enfance en des histoires un peu plus farfelues, drôles, horrifiques, tristes... Je trouve que cela fait revivre ces histoires et leur rajoute un petit quelque chose plaisant ! Dans cette version, le lecteur ne peut pas du tout s'imaginer la fin avant d'y arriver et on la découvre avec horreur puis sourire car totalement improbable !

    Sachez avant de lire ce livre à vos enfants, élèves, frères et sœurs et j'en passe, que l'histoire n'est absolument pas édulcorée ! Quand le loup souffle les maisons, on le voit cuisiner le petit cochon attrapé ! Étant adulte cela m'a clairement amusé mais un enfant trop jeune pourrait se mettre à pleurer ou avoir trop peur car, oui, même si ce sont des histoires pour avoir peur, il ne faut pas exagérer ! La peur dans ce petit recueil doit être une peur grandissante qui se termine par le rire de l'enfant et donc la dédramatisation de celle-ci !3 histoires pour avoir peur

    Les illustrations d'Erik Blegvag ont un petit côté vieillot plaisant, elles collent bien à l'histoire du conte et permettent de nous mettre dans l'ambiance. Pour les lecteurs plus jeunes, elles servent à expliciter le texte et à rajouter des éléments pour aider l'imagination à se mettre en marche.

    Les Bizardos de Janet et Allan Ahlberg

    3 histoires pour avoir peurJe ne connaissais pas du tout les Bizardos avant d'acheter ce recueil d'histoire et quel dommage ! Ces petits squelettes espiègles, farceurs et tous mignons sont à découvrir de toute urgence !

    Grand squelette, Petit squelette et squelette-chien vivent dans une sombre ville et un soir, ils décident de tous aller se promener et  de faire peur à quelques passants. Malheureusement pour eux, tout ne se passera pas comme prévu !

    Cette petite histoire, pas du tout sombre avec toute la couleur que l'on y trouve au sein de ses illustrations, est absolument adorable et facile d'accès même pour les plus jeunes (à partir de 4-5 ans avec un adulte à mon sens). En effet, le seul élément "horrifique" sont les squelettes et encore car ils sont dédramatisés par leurs grands sourires et l'aplat de couleur des illustrations ! Ils sont plus drôles qu'effrayants ! Alors n'hésitez pas à faire découvrir cette histoire aux enfants de votre entourage !

    Une histoire sombre, très sombre de Ruth Brown

    Nous arrivons enfin à mon histoire préférée du recueil ! Encore une fois avant l'achat du livre, je ne la connaissais pas du tout et quel dommage bis ! Le décor planté par le texte et les illustrations est divin ! En effet, le texte, court et percutant, nous plonge dans une ambiance horrifique et quand on tourne les pages nous ne savons pas sur quoi nous allons tombés, on reste sur le qui-vive jusqu'à la fin où... mystère !

    3 histoires pour avoir peur

    Je ne vous raconterai pas la fin ni l'histoire car il faut absolument la découvrir par vous-même mais quel talent ! Pour dédramatiser la peur, c'est l'histoire absolument parfaite ! Les illustrations sombres, dans les tons froids de gris, marron grisâtre, avec pleins de petits détails horrifiques comme le chat noir, les toiles d'araignées, le château abandonné ... nous mettent dans une ambiance divinement enveloppante ! Nous sommes entre nous et je vous avoue tout : je me suis retrouvée prise au jeu et au moment de tourner la dernière page je retenais mon souffle prête à voir ce qui s'y cachait comme une enfant ! Quel plaisir !

    Si vous ne deviez lire qu'une histoire de ce recueil c'est celle-ci ! Laissez lui une chance !

    La conclusion pour la totalité de ce recueil est qu'il est très bien fourni en diverses histoires pour tous, pour s'amuser à avoir peur avant le grand jour d'Halloween ! Alors si vous cherchez un livre pour fêter le 31 octobre avec un enfant de votre entourage, n'hésitez pas celui-ci est super !

    Recueil - 3 histoires pour avoir peur

    7/40 livres lus


    votre commentaire
  • Sandrine Beau & Marie Desbons : Le petit chaperon qui n'était pas rougeMilan - 30 pages - 9,90€

    Il était une fois une petite fille qui vivait au bord d'une forêt, dans le nord de la Russie. Sa grand-mère, qui tricotait, lui avait fait un long manteau bleu, de petits gants bleus, et lui avait cousu une chaude chapka bleue. Si bien que tout le monde l'appelait "Le Petit Chaperon bleu".

    Mon avis :

    Nous connaissons tous Le petit Chaperon Rouge qui a bercé notre enfance et qui est ancré dans notre culture littéraire. Ici, point de Chaperon Rouge mais un Chaperon Bleu ! Cette histoire, qui reprend le schéma du conte bien connu, y ajoute une touche d'originalité et d'humour bienvenus.

    Anouchka est une petite fille espiègle qui aime se promener en forêt. Un jour, sa mère l'envoie apporter un petit pot de miel à sa grand-mère malade. Évidemment, tout ne se passera pas comme prévu et elle n'arrivera pas seule chez sa grand-mère !

    Mon petit résumé vous fait penser au Petit Chaperon Rouge ? C'est voulu ! En effet, l'histoire de base est reprise mais Sandrine Beau s'en éloigne pour rajouter de l'originalité et de l'humour. Je me permets de ne vous raconter aucun rebondissement car ils sont si surprenants qu'il serait dommage que je vous en divulgue n'en serait-ce qu'un seul ! Ce que j'ai absolument adoré c'est la fin ! En effet, il n'y a pas qu'une fin non, non il y en a 4 ! Selon son humeur, son envie, son machiavélisme ou sa gentillesse du moment on peut choisir celle qui nous plait ! Petite mention spéciale pour mon côté professeur : la possibilité de laisser aux élèves d'écrire leur propre fin, allier la littérature, la lecture et l'écriture qui dit mieux ?!

    Sandrine Beau & Marie Desbons : Le petit chaperon qui n'était pas rouge

    J'ai totalement adoré Anouchka qui est une petite fille mignonne, espiègle et débrouillarde. La suivre dans sa petite promenade est un plaisir et on s'amuse de ses légères mésaventures. Les personnages secondaires qu'elle rencontre sont très drôles quoique parfois un peu trop simples à amadouer ce qui représente le petit point noir de l'album. En effet, les personnages secondaires ont peu de consistance, ils sont mignons, joliment dessiner mais il n'y a pas de réel "challenge" avec eux pour le personnage principal même si, certes, c'est un enfant !

    En parlant des illustrations, elles sont très belles, très colorées et vivantes. Un véritable plaisir pour les yeux ! Les tons sont chauds quand les personnages sont à l'intérieur mais ils sont froids à l'extérieur à cause de la neige de la Russie, c'est très réaliste et chaleureux à la fois, à découvrir de toute urgence !

    Sandrine Beau & Marie Desbons : Le petit chaperon qui n'était pas rouge

    6/40 livres lus


    1 commentaire
  • Le livre de poche - 187 pages - 4,95€Gudule : La blibliothécaire

    Pourquoi la vielle dame qui habite en face de chez Guillaume écrit-elle très tard la nuit? Quelle est cette jeune fille qui ne sort de chez elle qu'à le nuit tombée? Pour résoudre ces mystères, Guillaume se lance dans un fantastique voyage au pays des livres et de l'écriture.
     
    Mon avis :

    Ce livre fait partie des petits bouquins qu'on a tous lu ou presque enfants sauf moi ou alors je ne m'en souvenais pas... En tant que professeur des écoles, je tiens absolument à me forger une culture littéraire de la littérature de jeunesse pour conseiller mes élèves et utiliser des livres qui peuvent leur plaire car le plaisir de la lecture est essentiel pour eux !

     

    Ce livre de Gudule est un classique de la littérature jeunesse et je voulais absolument savoir pourquoi. Et bien, je n'ai pas été déçue car, bien que je n'ai pas eu de coup de cœur, j'ai compris la force de ce livre et son énorme utilité dans les différents apprentissages ! Fou pour un si petit livre !

     

    Guillaume est un jeune garçon curieux qui n'aime pas lire et qui est faible en orthographe. Tous les soirs il observe une jeune fille sortir d'un appartement en courant et il se demande où elle va jusqu'au jour où il décide de la suite. Il ne se doutait pas dans quelle aventure fantastique il allait se fourrer !

     

    Je ne vous divulguerai pas l'histoire car elle vaut le coup de la découvrir par soi-même tant elle est riche d'éléments littéraires, de personnages riches et de rebondissements sympathiques ! Ce que j'ai le plus apprécié c'est le voyage dans les livres par les personnages principaux : ils voguent des Misérables au Petit Prince en passant par Alice au pays des merveilles... Ces voyages nous rappellent nos beaux moments de lectures personnelles, nous font ressentir les sentiments déjà expérimentés... Je suis certaine que, pour les enfants, ces petits voyages dans les grandes œuvres classiques ne peuvent que leur donner envie de passer à la lecture intégrale de celles-ci car ils se seront rendu compte que les livres nous offrent de bons voyages privés et nous font ressentir de grands sentiments.

     

    En outre, l'histoire fait comprendre à son lecteur l'importance d'une bonne orthographe d'une manière très amusante et je pense copier l'extrait pour le faire lire à mes élèves qui ne sont que peu motivés pour cette matière haha !

     

    En bref, c'est un petit roman qu'il faut lire et faire lire absolument pour comprendre l'importance d'avoir une bonne écriture et pour faire naître l'envie de lire de manière amusante et surtout plaisante !


    votre commentaire
  • Roald Dahl : James et la grosse pêche Folio - 176 pages - 6.70€

    Le petit James mène une existence bien malheureuse auprès de ses deux tantes abominablement méchantes, tante Éponge et tante Piquette, qui le tourmentent sans cesse. Un jour, un vieil homme confie à James un sac rempli de bizarres petites choses vertes. James les fait tomber par mégarde au pied du vieux pêcher et voilà qu'une pêche géante se met à pousser ! Cette pêche va bouleverser la vie de James...

    Mon avis :

    Roald Dahl est un auteur que j'affectionne beaucoup. Il a un style bien à lui mêlant humour, délicatesse et sérieux à la fois ce qui fait que c'est toujours un beau moment de lecture quand on a un de ses livres dans les mains ! Cependant, bien que je me sois régalée avec James et la grosse pêche, ce n'est, pour moi, pas son meilleur livre.

    James est un petit garçon bien malheureux qui vit avec deux tantes atroces depuis le décès de ses deux parents. Elles lui mènent la vie dure en lui donnant de nombreuses corvées, en le frappant et en l'empêchant de jouer avec les enfants de son âge. James est donc un petit garçon dépité quand il rencontre un vieillard mystérieux qui lui remet de drôle de choses vertes en lui promettant le bonheur. James ne s'attendait pas à ce que ces choses vertes lui fassent vivre de sublimes aventures !

    Le moins qu'on puisse dire c'est que l'histoire est bien originale ! Roald Dahl n'a pas son pareil pour créer des histoires originales mais touchantes à la fois. Cette histoire de grosse pêche magique est saugrenue mais en réalité elle est seulement le prétexte au début des aventures de James et de ses amis car ceux-ci vont vivre de nombreuses aventures, découvrant ainsi le monde mais aussi et surtout la valeur de l'amitié profonde !

    Ce que j'ai le plus aimé dans ce livre c'est la profondeur des personnages ! On s'attache tout de suite à eux, à ce petit garçon qui ne demande qu'à être heureux comme tout le monde, à ses animaux étranges qui cherchent aussi le bonheur à leurs manières... On ne peut qu'être touché par eux, vouloir qu'ils s'en sortent du mieux possible... N'ayant plus tellement l'âge du personnage principal, je ne me suis pas identifiée à lui mais je suis sure que de nombreux jeunes lecteurs adoreront se prendre pour James et suivre ses aventures bien calés sur de gros coussins moelleux !

    En outre, l'humour que distille l'auteur ne peut que plaire que ce soit aux enfants qu'aux adultes et bien qu'ici il ne signe pas, à mon humble avis son livre le plus humoristique, on passe un très bon moment tant son style est léger et plaisant ! Cependant, j'ai trouvé qu'il manquait un petit quelque chose, un peu plus de peps pour être charmée totalement, dommage.

    En bref, lire un Roald Dahl relève toujours du plaisir et il ne faut pas hésiter à partager ce plaisir avec les plus jeunes et les plus âgés ! J'ai hâte de me replonger dans un de ses romans !


    1 commentaire
  • Balivernes éditions - 32 pages - 13€ Charles Perrault & Hassan Amekan : Petit Poucet

    Un bûcheron et une bûcheronne avaient sept fils. Ils étaient fort pauvres. L'aîné n'ayant que dix ans, aucun de leurs enfants ne pouvait gagner de l'argent. Le plus jeune était très petit. A la naissance, il n'était guère plus gros qu'un pouce, ce qui fit qu'on l'appela le petit Poucet.
    L'histoire du Petit Poucet n'a rien de mystérieux pour les plus grands : l'abandon dans la forêt par les parents, le chemin parsemés de petits cailloux blancs, le retour des sept frères, et de nouveau, l'abandon par les parents avec le petit Poucet qui sème cette fois-ci des miettes de pain qui seront mangées par les oiseaux, la confrontation avec l'Ogre qui dévorera ses filles par erreur et poursuivra petit Poucet et ses frères avec les bottes de sept lieues...

    Mon avis :

    Nous connaissons absolument tous Le Petit Poucet et ici l'histoire n'a rien de changé dans son fond. Cependant les illustrations d'Hassan Amekan donnent du piment à ce conte si connu.

    Il faut savoir que j'ai un vécu particulier avec ce conte. En effet, bien que j'adore tous les contes et qu'ils aient tous été mes premières lectures comme beaucoup d'entre nous, Le petit poucet a toujours fait partie des contes que je haïssais ni plus ni moins ! Rien qu'en le lisant, je bouillais de colère contre ces parents indignes, louais le courage du Petit Poucet. En bref, j'avais une vision très manichéenne de ce petit livre et cela m'est resté jusqu'à ce que je lise le conte dans sa forme album. Les illustrations me faisaient très envie grâce à leurs couleurs chatoyantes et j'ai craqué, je l'ai lu.

    Grand bien m'en a pris ! En effet, forte de mon expérience, toute relative, de la vie, lire ce conte avec mes yeux et mes connaissances d'adulte m'a permis de me réconcilier avec celui-ci ! Point de parents indignes ici mais plutôt des parents accablés qui pensent que le meilleur est ailleurs pour leurs enfants. On ne peut pas les excuser mais on peut comprendre et cette compréhension je ne l'avais pas enfant évidemment.

    Charles Perrault & Hassan Amekan : Petit Poucet

    En outre, le conte évoque surtout, quand on creuse un peu, la peur qu'ont les enfants d'être abandonnés par leurs parents. Or, ici, par la ruse et la débrouillardise, on voit bien que ceux-ci s'en sortent bien ; cela peut s'apparenter au passage à l'age adulte où les enfants prennent la relève ou du moins soulagent leurs parents. C'est ce qui est intéressant dans ces contes : on peut les relire et les re-relire et on pourra toujours en tirer quelque chose de nouveau.

    Parlons maintenant de ces illustrations qui m'ont tant attirée. La première chose qui saute aux yeux c'est la couleur ! Hassan Amekan utilise une profusion de couleurs et mêle du collage à de la peinture ce qui donne un style bien particulier que j'ai beaucoup apprécié. En effet, les collages apportent un peu de réalité dans l'histoire car ce sont des collages d'objets que l'on connaît tous : casseroles, canapé, coussins etc... Ceux-ci sont quelque peu le fil conducteur des illustrations et on peut très bien s'amuser à les rechercher.

    Un conte à relire ou à faire découvrir aux plus jeunes, les couleurs vives pouvant atténuer cette peur intime de l'abandon et les captiver tout autant que l'histoire en elle-même.

    Charles Perrault & Hassan Amekan : Petit Poucet

    5/40 livres lus


    votre commentaire
  • Edwige Chiroutier : Aborder la philosophie en classe à partir d'albums de jeunesseHachette - 207 pages - 23.75€

    Parce que la littérature, à travers la fiction, nous offre une pensée sur le monde et la condition humaine, elle permet aux élèves d'apprendre à réfléchir rigoureusement sur les grandes interrogations philosophiques. Alors, pourquoi ne pas amener les élèves de l'école élémentaire à penser par eux-mêmes à partir de la littérature de jeunesse ? Tel est l'objectif de cet ouvrage qui se propose de mettre en place des ateliers de réflexion philosophique dans les classes. A partir d'un large choix bibliographique permettant des mises en réseau d'ouvrages de littérature de jeunesse sur les questions philosophiques, il offre des progressions précises à organiser sur une année scolaire.

    Mon avis :

    En tant que future professeure des écoles de cycle 3 (CM1) et grande partisane du "il faut donner la parole aux enfants et développer leur esprit critique", quand je suis tombée sur ce livre je n'étais que joie ! En effet, ce livre de pédagogie pratique montre des exemples concrets sur comment travailler le développement de la parole et de l'esprit critique grâce à des albums de littérature jeunesse.

    Dans cet ouvrage, Edwige Chiroutier évoque une multitude de thème allant de l'amitié, l'amour et la différence au travail et à l'argent en passant par de grands thèmes comme la mort, la vieillesse, la tolérance etc.. Bien que certains thèmes ne m'intéressent pas plus que ça, je pense utiliser la méthode durant l'éducation morale et civique quand viendra le moment de parler de ce qu'est la différence, le racisme, les différences filles/garçons par exemple.

    Ce que j'aime dans cette méthode c'est qu'il y a une grande marge de manœuvre, il n'est pas obligatoire de suivre le modèle prédéfini, ni d'utiliser obligatoirement les albums présentés. En premier lieu il faut présenter les albums, choisis selon le thème, aux élèves en les lisant à voix haute puis les faire tourner aux élèves avant de leur poser une question vague qui n'attend pas une seule et unique réponse par exemple : Qu'est-ce que l'amour ? ce qui conduira des débats entre les élèves. Le maître aura donc un rôle de régulateur de la parole et de scribe des réponses des élèves (à moins qu'un groupe d'élèves n'ait cette charge). Grâce aux albums lus, les élèves ont déjà des possibles idées de réponses, ils seront donc moins sujet à la page blanche ou plutôt au manque de parole. Seul bémol auquel je ferai attention lors de la mise en place de ces séances : les réponses mi-formatées données dans les albums. En parlant des albums : il est possible d'utiliser des albums présents dans les listes de références et donc de contribuer à la culture littéraire commune des élèves par le biais du corpus utilisé !

    Petit plus supplémentaire : la possibilité de transversalité ! En effet, on étudiera des albums donc il est tout à fait possible de les utiliser en art visuel et en étude de la langue en créant nos propres petits albums autour du thème ou même une exposition illustrée accrochée dans le couloir ? Les idées ne manquent pas !

    Alors si vous avez des cycles 2 ou 3 et que vous souhaitez introduire des débats philosophiques pouvant être couplés à diverses disciplines, ce livre peut vraiment vous aider !


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires